Menu

Orientations

La lettre .info


L’URGENCE D’ÊTRE LA CGT DE TOUT LE SALARIAT


Les Ingés, Cadres, Techs et Agents de maîtrise représentent désormais 46% du salariat en France, pourcentage en constante progression (+ 5 points en 10 ans) notamment du fait de l’augmentation du niveau de qualification.

Plus rapide que les précédentes, la révolution numérique n’en est qu’à ses débuts. Refusant le déterminisme technologique, l’Ugict-CGT a fait de cette question une priorité, convaincue que le sens et le contenu des transformations dépendra du rapport de forces. Producteurs et utilisateurs des technologies, l’enjeu est de donner aux ingés, cadres, techs et agents de maîtrise les moyens de peser sur leur contenu et leurs finalités.

Les années 80 ont vu le capitalisme financier supplanter le capitalisme industriel et notre pays s’enfoncer dans une financiarisation sans fin. Le Wall Street management soumet l’organisation du travail, les rapports hiérarchiques et les orientations stratégiques à la prédation financière. En filialisant, sous-traitant et externalisant comme en multipliant les statuts des travailleurs et travailleuses, il fait exploser la communauté de travail. En modifiant les frontières spatio-temporelles, le numérique décuple ces logiques.

Les ICTAM sont particulièrement sensibles aux enjeux environnementaux1. Du fait de leur place dans le processus de production et de leurs responsabilités professionnelles, ils peuvent jouer un rôle déterminant.

Au cœur des stratégies internationales, les ICTAM aspirent à pouvoir exercer leur responsabilité sociale à l’échelle internationale en mettant leur professionnalisme au service de l’intérêt général.

Les services publics et la fonction publique sont fragilisés par les politiques d’austérité et managériales fondées sur des critères gestionnaires court-termistes qui relèguent au second plan les missions de service public. La réforme des collectivités territoriales, comme celle des hôpitaux ou le programme action publique 2022 éloignent les services publics des populations et placent nos catégories en première ligne pour appliquer des politiques qu’ils ne partagent pas.

La Convention nationale de retraite et de prévoyance des cadres du 14 mars 1947, portant création du régime de retraite complémentaire AGIRC, est à l’origine du statut cadre dans le secteur privé.

Faire de la reconnaissance des qualifications un pilier du nouveau statut de l’encadrement que nous revendiquons est une nécessité pour combattre la dévalorisation du travail notamment qualifié.

Stress, burn out, dépression, accident, suicide... Premier péril pour la santé des salarié·e·s au travail, mais aussi pour l’entreprise, les exemples et témoignages de violences et de souffrances au travail sont légion. En ligne de mire, le style de management !

La France a eu, depuis le début des années 2000, une des plus fortes productivités horaires au monde, conséquence du niveau de qualification, de la mise en œuvre de la réduction du temps de travail permettant un meilleur équilibre vie professionnelle et personnelle.


L’emploi et la protection sociale sont confrontés aujourd’hui à deux grands enjeux :


Sous l’aiguillon des organisations internationales, des traités de libre-échange, de l’Union européenne, des forces patronales et des gouvernements successifs, la puissance et l’action publique font l’objet de processus de réformes et de transformations conséquents et régressifs. De fait, l’objectif poursuivi consiste à transformer les politiques publiques et les services publics pour en faire des outils au service du capital.

En France comme dans le reste du monde, pour remettre en cause l’ensemble des droits sociaux, le capital développe une stratégie autour de trois volets :

On constate que les progressions du nombre de syndiqué·e·s affilié·e·s à l’Ugict-CGT se situent dans les professions dotées d’une Union fédérale ou dans les départements dotés d’un dispositif et d’une activité spécifique.

Pour organiser notre activité, il nous faut mieux connaître nos propres difficultés et dépasser le constat. La première consiste en un isolement des ICTAM, renforcé par les pratiques managériales.

La représentativité de la CGT et donc sa capacité à peser sur les négociations et le rapport de forces est fondamentale. Celle-ci se traduit par son poids dans les instances représentatives pour défendre les orientations syndicales, le nombre de conseillers prud’homaux et les moyens militants qu’elle peut mettre en œuvre pour s’organiser et défendre l’intérêt des salariés.