Menu

Retraite complémentaires : investir dans l’égalité salariale pour équilibrer les régimes

Retraite complémentaires : investir dans l’égalité salariale pour équilibrer les régimes

Communiqué. La CGT propose de créer une contribution d’équilibre technique temporaire à la charge des employeurs. Elle serait dégressive en fonction des résultats en matière d’égalité salariale.

jeudi, 09 avril 2015 | Communiqués
Imprimer

La lettre .info

Au mépris des différentes lois existantes sur les discriminations, les inégalités salariales femmes-hommes persistent et privent les régimes de retraite complémentaire de ressources importantes, impactant négativement les réserves.

À la demande de la CGT, une étude des services techniques de l’Agirc et de l’Arrco, démontre que l’égalité salariale, réalisée à l’horizon 2024, permettrait un accroissement des cotisations entraînant la résorption du déficit de l’Arrco, la reconstitution des réserves et la réduction du déficit de l’Agirc de près de moitié. 

La CGT propose donc de créer une contribution d’équilibre technique temporaire à la charge des employeurs. Elle serait dégressive en fonction des résultats en matière d’égalité salariale.

Ce dispositif aurait l’avantage de constituer un double levier : d’une part de réduire de façon conséquente les discriminations salariales et de remettre ainsi le Medef dans la légalité ; d’autre part, d’apporter immédiatement de nouvelles ressources aux régimes.

Par ailleurs, la CGT réitère sa proposition d’alignement des taux de cotisation appliqués aux cadres et non cadres en augmentant de 2,45 points la cotisation Agirc (soit une augmentation de 7,72 euros mensuels pour un salaire de 4 000 euros bruts).

Ces mesures d’augmentation des ressources des régimes sont raisonnables, nécessaires et répondent au principe de justice en matière d’égalité de traitement et de préservation des droits sociaux.

C’est pourquoi, la CGT réaffirme son opposition à tout nouveau sacrifice des actifs, des privés d’emploi, des retraités, à ces mesures qui ont toujours démontré leurs impacts sociaux négatifs et leur inefficacité sur l’équilibre économique des régimes sur les moyens et longs termes.