Menu

Encadrement des stages : qui décide ?

Le 1er septembre, la presse a révélé que, plus d'un an après la promulgation de la loi de juin 2014 réglementant les stages en entreprise, le gouvernement allait enfin prendre le décret d'application permettant la mise en œuvre de la principale mesure pour lutter contre les abus dont sont victimes les stagiaires. Si elle est avérée, cette information est une véritable provocation car, contrairement aux engagements pris, la limitation serait fixée à 15 % des effectifs.

mercredi, 02 septembre 2015 | Communiqués
Imprimer

La lettre .info

Cette annonce renie explicitement l'engagement du Ministre pris devant les députés d'une limitation à 10 % et s'inscrit dans la lignée des choix des gouvernements précédents qui empêchaient l'application de l'encadrement des stages pourtant voté par les parlementaires.

La nouveauté cette fois, c'est que ce décret est annoncé en l'absence de ministre du Travail. D'où viennent ses arbitrages qui remettent en cause la parole du ministre : de Matignon ? De l'administration ? De Bercy ? Du Medef ?

Enfin, ne « limiter » qu’à 15 % de stagiaires revient à légaliser les abus et les politiques salariales low-cost qui appuient une partie important de la masse salariale sur des salariés au rabais, en lieu et place de postes de travail. Favorable aux expériences professionnelles dans le cadre des formations qualifiantes, l’Ugict-CGT propose de limiter à 5 % des effectifs le nombre de stagiaires par entreprise. 

L'Ugict-CGT appelle solennellement la nouvelle ministre du Travail à respecter les engagements et la volonté du législateur et des syndicats. Il est temps de mettre fin à l'exploitation des stagiaires et à la précarité des jeunes.