MENU

La RTT moteur de la compétitivité

Imprimer

Faut-il s’appuyer sur les atouts dont dispose notre pays ou bien céder aux desiderata des professionnels du dividende ? Telle est l’alternative de l’actuel débat sur la compétitivité.

La RTT a permis le développement de secteurs économiques comme le tourisme, l’immobilier, les activités culturelles. Elle a permis d’obtenir une productivité horaire que le monde entier nous envie.
Les partisans de la baisse du prix du travail et de l’allongement du temps de travail se trompent d’époque.
La France est un pays développé où la compétitivité se joue dans la formation d’un salariat qualifié et sa reconnaissance, dans la recherche et l’innovation, dans le mode de management.

Le « Wall Street management » engendre un mal-vivre au travail et une démobilisation des salariés.
Cette logique sécrète souffrance et dégradation du travail et va à l’encontre de la qualité du travail et de son efficacité.

La mise en cause actuelle de la RTT, à travers des forfaits-jours insuffisamment encadrés, l’augmentation du temps de travail chez soi (passé de 30 à 52 % pour les cadres en 5 ans), demande des mesures urgentes pour favoriser l’équilibre de vie, l’efficacité professionnelle et la productivité.

Elles sont incompatibles avec tout nouvel allongement du temps de travail qui comme le recul de l’âge de la retraite en 2009 est contre-productif.
 À un moment où le chômage s’envole, poursuivre dans la voie de la réduction du temps de travail et dans les mesures de protection de la santé et de l’équilibre de vie est un des moyens de redresser une compétitivité mise à mal par un Medef usurier et irresponsable par rapport à l’avenir de notre pays.

Publié le mercredi, 31 octobre 2012 dans Communiqués