Menu

Les conseillers prud’hommes : un obstacle de plus pour le Medef

L’annonce du report pour 2017 du processus de désignation des conseillers prud’hommes, a laissé entrevoir l’espoir d’avoir une concertation approfondie.

vendredi, 25 juillet 2014 | Communiqués
Imprimer

La lettre .info

Or, le gouvernement vient de déposer en catimini un projet de loi au Sénat, à la veille de la fin de la session   parlementaire, en procédure accélérée. Son objectif est la suppression par voie d’ordonnance de l’élection au suffrage universel des conseillers prud’hommes: c’est un déni de démocratie.

Face au comportement des entreprises, les salariés sont de plus en plus nombreux à saisir les conseils de prud’hommes (notamment les ingénieurs, cadres et techniciens). Il est indispensable que les salariés continuent à être jugés par des conseillers prud’hommes qui connaissent et vivent au quotidien les difficultés et contradictions de ce statut, et ce, avec toutes les compétences requises.

Pour la CGT, c’est aux salariés et aux privés d’emploi à choisir leurs représentants. Cela renforce l’attachement à ce type de juridiction. Etre jugé par ses pairs est l’essence même des conseils de prud’hommes. C’est la raison pour laquelle nous sommes également attachés à la section encadrement.

Supprimer le suffrage universel revient aussi à vouloir transformer cette juridiction unique.