Menu

Négociations AGIRC-ARRCO : coup de force du Medef

Négociations AGIRC-ARRCO : coup de force du Medef

Retrouvez notre communiqué de presse suite à la séance de négociation du 16 octobre. 

vendredi, 16 octobre 2015 | Communiqués
Imprimer

La lettre .info

Le projet d’accord porté par le Medef impose un report du départ en retraite d’un an par rapport à l’âge du taux plein.

Les salariés qui ne pourraient différer leur départ subiraient les trois premières années de retraite un abattement de 10 % : une double peine pour les 56 % de salariés qui ne sont plus en emploi et pour les femmes dont la pension est déjà en moyenne inférieure de 40 % à celles des hommes et de 60 % pour les femmes cadres.

Les jeunes générations verront le niveau de leurs futures pensions diminuer de 8,5 % supplémentaires.

Les retraités essuieront de nouvelles baisses de leur pouvoir d’achat pendant trois années supplémentaires, outre le report au 1er novembre de la revalorisation de leurs pensions.

Au total la contribution des salariés actifs et retraités s’établira à 95 % du besoin de financement contre 5 % pour le Medef : soit 5,7 milliards à la charge des salariés et retraités pour 300 millions pour le patronat.

Pour autant les régimes ARRCO et AGIRC ne seront pas équilibrés. Le Medef propose donc de mutualiser les réserves des régimes. Il s’ensuivra un épuisement anticipé de quatre années des réserves de l’ARRCO qui induira à terme une baisse du niveau des pensions pour tous.

De surcroît, l’accord troque l’existence du régime complémentaire AGIRC contre un engagement à ouvrir une négociation interprofessionnelle sur la notion d’encadrement.

Un marché de dupes très lucratif pour le Medef !

Nouvelle preuve en est que le dialogue social nécessite l’intervention des salariés sur tous les sujets qui les concerne pour être efficace.