MENU

Réaction de l'Ugict-CGT aux annonces de François Hollande sur l'emploi

Imprimer
Réaction de l'Ugict-CGT aux annonces de François Hollande sur l'emploi

Communiqué de presse du 21 janvier 2016

François Hollande lance l’ubérisation du pays

Le Président de la République a annoncé lundi une série de mesures « pour l’emploi ». Ces mesures accentuent la fuite en avant dans la politique low cost et la compétitivité coût, sans aucune vision d’avenir. En refusant de s’appuyer sur la qualité et les qualifications, le gouvernement fait le choix d’utiliser la révolution numérique comme outil de dumping, dans une logique d’ubérisation et de casse des droits liés au salariat, qui ne créera aucun emploi.


Trappes à bas salaires, effets d’aubaines et austérité

La pérennisation du pacte de responsabilité sous forme d’exonération de cotisations sociales est annoncée alors que les 40 milliards n’ont débouché sur aucune création d’emploi. Sont annoncées également de nouvelles aides à l’embauche pour toutes les entreprises de moins de 300 salariés, sans aucun ciblage, ni d’âge, ni de nature du contrat (les CDD de plus de 6 mois y sont éligibles). Ces dispositions se traduiront par de nouvelles trappes à bas salaires et effets d’aubaine, et accentueront le déclassement. Financées par de nouvelles mesures d’austérité, ces dispositions conduisent à couper dans les dépenses publiques et à augmenter la fiscalité des ménages fragilisant la demande intérieure.

 

Légalisation des licenciements abusifs

Le Président de la République reprend une vieille revendication du MEDEF, pourtant invalidée par le conseil constitutionnel, et annonce le remplacement du plancher minimum de condamnation en cas de licenciement abusif par un plafond maximum. Comment réclamer le paiement de ses heures supplémentaires ou faire respecter son éthique professionnelle quand on peut être licencié sans motif du jour au lendemain ? 10 ans après le retrait du CPE, le gouvernement veut imposer un CPE pour tous et sans limitation de durée.

 

Ubérisation du salariat 

La réforme annoncée du statut d’autoentrepreneur, avec l’élévation du plafond maximum de chiffre d’affaire, de 32 000€ à 80 000€ annuel, conduira à accentuer le mouvement de substitution d’emploi salarié ou artisan par des autoentrepreneurs. Est annoncée également une dérèglementation du portage salarial, au mépris de l’accord unanime des acteurs sociaux, pour élargir le portage à l’ensemble des travailleurs, et l’utiliser dans de nouveaux secteurs, comme celui du travail à domicile. Sont concernés tous les nouveaux emplois du numérique

 Ainsi, le gouvernement organise le dumping par rapport au statut de salarié en généralisant le contrat de mission, et fait primer la logique d’Uber sur celle d’une sécurité sociale professionnelle permettant de construire la protection sociale du 21e siècle. La révolution numérique nécessite à l’inverse de nouvelles régulations et règlementations pour se traduire par du progrès social, écologique et économique. L’enjeu est de construire un Nouveau Statut du Travail Salarié, permettant à l’ensemble des travailleurs de bénéficier d’un même niveau de droits et de protection sociale.

 

Travailler plus pour gagner moins

Enfin, le président de la République a annoncé un nouvel assouplissement des 35 heures, avec la possibilité de négocier à l’entreprise des dérogations sur le nombre maximum d’heures supplémentaires et le niveau de rémunération. On est loin de la réduction massive du temps de travail qui devrait accompagner les gains de productivité liés à la robotisation et à l’automatisation pour empêcher les suppressions d’emplois.

Alors que le nombre de privé-es d’emploi explose, il y a urgence à changer de politique. Rompre avec l’austérité et adopter une politique de relance. Réduire le temps de travail. Sortir du low cost et miser sur les qualifications. Anticiper les défis de demain, la révolution numérique et la transition écologique.

 

-----

Contact presse : Damien Ramage - 01 55 82 83 52 - ramage ( à ) cgt.fr

Publié le jeudi, 21 janvier 2016 dans Communiqués