Menu

L’Ugict-CGT et l’UNEF font 15 propositions pour stopper le déclassement des jeunes diplômés

L’Ugict-CGT et l’UNEF font 15 propositions pour stopper le déclassement des jeunes diplômés

A l’occasion d’une journée de débats sur les conditions de travail des jeunes diplômés organisée mercredi 23 novembre, la CGT des Ingénieur-es, cadres et technicien-nes et l’UNEF interpellent pouvoirs publics et patronat autour de 15 propositions.

mercredi, 23 novembre 2016 | Communiqués
Imprimer

La lettre .info

Alors que le gouvernement transforme la concertation sur les jeunes en exercice de communication, l’UGICT-CGT et l’UNEF proposent des mesures précises pour protéger, stabiliser et reconnaître les qualifications et le travail des jeunes.


L’Ugict-CGT organise aujourd’hui mercredi 23 novembre à Paris, avec son journal Options un colloque sur les aspirations des jeunes ingés, cadres et tech, retransmis en direct par Mediapart. Organisations de jeunesse (les Youtubeurs d’#OnVautMieuxQueCa, l’UNEF, la JOC), universitaires (Camille Peugny, Karel Yon, Cédric Hugree) et DRH débattront avec les 150 participant-es de la situation des jeunes et des mesures à prendre.

 

Ouvrir des perspectives et lutter contre le déclassement des jeunes


La CGT et l’UNEF portent un projet d’ensemble visant à la mise en sécurité sociale de la jeunesse et des salarié-es : une allocation d’autonomie pour permettre aux étudiant-es de poursuivre leurs études en étant autonomes financièrement et socialement; la sécurité sociale professionnelle et le nouveau statut du travail salarié avec des droits individuels (à la mobilité, à la formation professionnelle, à la reconnaissance de la qualification et au déroulement de carrière...) garantis collectivement. Enfin, pour relancer l’ascenseur social, ouvrir des perspectives et lutter contre le déclassement des jeunes qui n’ont jamais été aussi qualifiés, la mise en place d’un statut de l’encadrement est indispensable.


Hollande et la jeunesse : 4 ans après tout reste à faire


En mars 2012, l’Ugict-CGT et l’UNEF interpellaient les candidats à la présidentielle et présentaient une proposition de loi cadre pour l’emploi des jeunes. Ceci a permis, appuyé sur la mobilisation des jeunes et des salariés, de gagner la prise en compte des années d’apprentissage pour le calcul de la retraite (2013), une loi réglementant les stages en entreprise (2014) et la mise en place d’une aide à la recherche du premier emploi (2016). Avec ces mesures obtenues au forceps et le flop des contrats générations et du pacte de responsabilité, il reste encore énormément à faire pour améliorer la situation des jeunes diplômés.

 

Chiffres :

 

  •           Chômage : 25 % des diplômé-s à bac +2 ou plus ont passé au moins 6 mois au chômage durant leurs 3 premières années d’insertion. 

  •           Précarité : un tiers des jeunes diplômé-es du supérieur n’accède 
pas au CDI 3 ans après la sortie du système éducatif. 

  •           Déclassement : le premier salaire d’un jeune diplômé à bac +2/3 est de 1 350 € net, il s’élève à 1860€ net pour les diplômé-s de 
Master et 2 000 € net pour les docteurs.


CEREQ, enquête génération 2013 




Les jeunes attachés au système de protection sociale solidaire


De la mobilisation contre le CPE en 2006 à celle contre la loi Travail en 2016, les jeunes ont massivement exprimé leur l’attachement au système de protection sociale solidaire et leur refus de contrats spécifiques et dérogatoires.

C’est pourquoi, dans la loi, les négociations interprofessionnelles, de branche ou d’entreprise, l’UNEF et la CGT continueront à se battre pour protéger, stabiliser et reconnaître les qualifications des jeunes.


-----
Contact presse

CGT : Mélody Tonolli | m.tonolli@ugict.cgt.fr | 06 76 48 93 55
UNEF : Pauline Collet |presse@unef.fr |06 88 27 92 59

 

 

Nos 15 propositions pour les jeunes diplômés :


1 - Ouvrir les droits sociaux aux jeunes et rendre universelle l’Aide à la Recherche du Premier Emploi


2 - Prendre en compte les années d’études, de stage et de précarité pour le calcul de la retraite


3 - Créer un statut de l’étudiant-e salarié-e


4 - Renforcer la protection des stagiaires


5 - Des droits et des perspectives pour les apprentis


6 - Service civique : un vrai droit à l’engagement, pas des emplois déguisés

7 - Pénaliser les entreprises qui abusent des contrats courts


8 - Elargir le salariat aux travailleurs et travailleuses des plateformes numériques


9 - Mettre en place une politique au service de l’emploi des jeunes et de l’avenir du pays


10 - Titularisation de tous les personnels précaires dans la fonction publique et remplacement de tous les départs en retraite


11 - Salaire de première embauche pour chaque niveau de qualification et de diplôme


12- Soutenir, financer et accompagner les projets innovants socialement et écologiquement


13 - Développer un management alternatif permettant la maîtrise de son travail


14- Réduire le temps de travail pour permettre l’égalité F/H et l’exercice de la parentalité


15 - Lutter contre les discriminations