Menu

Retraites : la victoire dépend de l’élargissement de notre mobilisation

Retraites : la victoire dépend de l’élargissement de notre mobilisation

Tou.te.s en grève le 9 janvier et après !

lundi, 06 janvier 2020 | Tracts
Imprimer

La lettre .info

Depuis le 5 décembre, une mobilisation sociale historique est enclenchée déjouant toutes les stratégies de division. Les 5, 10 et 17 décembre, l’encadrement, les jeunes, les salarié.e.s du privé étaient nombreux dans les cortèges. Les salarié·e·s des régimes spéciaux entament pour certains leur deuxièm mois de grève et refusent que les jeunes soient sacrifiés. L’unité syndicale s’élargit, la CFE-CGC rejoint l’intersyndicale CGT, FO, FSU, Solidaires.

Signe de la détermination, l’intersyndicale appelle à manifester et à faire grève ce jeudi 9 janvier, puis à la reconduire le vendredi 10 et à manifester le samedi 11.

Les jours que nous allons vivre sont décisifs. Ingés, cadres et professions intermédiaires, nous sommes nombreux et nombreuses à être sympathisants mais à ne pas faire grève ou manifester, du fait des pressions managériales, de la charge de travail ou parfois aussi car nous avons le sentiment que l’histoire est déjà écrite sans nous.

Le 9 janvier et les jours suivants, l’histoire dépendra de nous. Si la mobilisation s’élargit le gouvernement sera contraint de reculer et de retirer sa réforme.

Sinon au mieux, il se limitera à des négociations sectorielles avec les professions les plus mobilisées. Le privé et l’encadrement paieraient au prix fort une réforme qui grave dans le marbre le recul de l’âge de départ et la baisse des pensions. Conséquence : nous serions renvoyé.e.s pieds et poings liés à l’épargne retraite sans aucune garantie de restitution du capital épargné ! Banquiers et assureurs se frottent les mains !

La CGT refuse d’en rester au statut quo. La question du financement de notre système de retraite est centrale, pour cela, nous faisons de nombreuses propositions, et notamment d’augmenter les cotisations de façon modérée (10€ par mois dont 6 à la charge de l’employeur pour un salaire de référence de 2500€). Ceci permettrait d’assurer une retraite à 60 ans avec 75% du dernier salaire et de valider les années d’étude.

La victoire est à portée de main. Soyons chacune et chacun au-rendez-vous.

 

 

Via la Tractothèque participative Syndicoop.fr, plateforme syndicale et coopérative.